Sábado, 04 de Julho de 2020
ISSN 1519-7670 - Ano 19 - nº1074
Menu

MURAL >

Robert Solé

15/06/2010 na edição 594

‘En Thaïlande, on vient de faire passer à 84 000 enseignants des examens destinés à leurs élèves. Les résultats sont, paraît-il, consternants : selon le ministère de l’éducation, 71 % ont échoué en physique, 84 % en mathématiques et 86 % en biologie. Le record est détenu par l’informatique, où seulement 12 % des professeurs ont obtenu la moyenne.

Faut-il vraiment en faire un drame ? On peut très bien enseigner ce qu’on ne sait pas. C’est même un atout : un maître ignorant n’est pas encombré d’idées préconçues. Sa fraîcheur lui évite une assurance qui pourrait indisposer ses élèves. Mieux vaut être à leur écoute, en partant du principe que les questions sont plus importantes que les réponses. L’essentiel est de construire une relation d’échange pour que chacun se forge sa propre opinion.

Il faut laisser les élèves réinventer la grammaire et l’algèbre, réécrire l’histoire, refaire la géographie, ou ne rien faire du tout. D’ailleurs à quoi rime la transmission du savoir, puisque celui-ci est sur Internet ? Ce qui compte, désormais, c’est le savoir-faire : cliquer sur le bon site, copier et coller.’

Todos os comentários

x

Indique a um amigo

Este é um espaço para você indicar conteúdo do site aos seus amigos.

O Campos com * são obrigatórios.

Seus dados

Dados do amigo (1)

Dados do amigo (2)

Mensagem